Produits
Nos conseils

Retrouvez quelques conseils sur certaines pathologies et nos produits.

Notre activité

La phytothérapie et l’apithérapie

La phytothérapie :

Historique :

L’Homme a toujours utilisé les plantes médicinales pour se soigner. Nous avons des témoignages écrits des Sumériens, de l’Egypte des pharaons, des grecs et des romains qui connaissaient les propriétés des plantes médicinales. On peut consulter les travaux de plusieurs pionniers que sont Hippocrate, Aristote, Dioscoride, Galien, …

Plus près de nous, au moyen âge, on appelait ces plantes les Simples, elles étaient souvent cultivées dans les abbayes. Nous pouvons consulter, à ce propos, les travaux d’une religieuse allemande du 12ème siècle, Hildegarde de Bingen qui a contribué à faire évoluer l’utilisation des plantes médicinales.

Encore plus près de nous, l’Homme a élaboré une technique de reconnaissance des plantes médicinales qui s’appelait la théorie des Signatures ; selon cette technique, l’aspect de la plante indiquait sa propriété. Par exemple une plante comme la pulmonaire dont les feuilles sont marquées d’alvéoles blanches comme sur le poumon, était utilisée pour traiter les problèmes respiratoires. Il en est de même pour la noix dont le fruit en 2 lobes ressemble étonnamment à un cerveau et donc était utilisée pour renforcer la mémoire.

Si sur ces deux exemples, on a pu confirmer l’action de la plante, il n’en a pas été de même pour toutes les plantes médicinales étudiées.

Les herboristes ont été précieux par la suite pour affiner et compléter les usages traditionnels des plantes médicinales comme l’a fait au début du 20ème siècle l’herboriste autrichienne Maria Treben qui a,entre autres, contribué à populariser l’élixir du Suédois.

Aujourd’hui, la phytothérapie prend ses racines dans la tradition et l’utilisation traditionnelle mais elle est complétée par beaucoup d’analyses et de recherches sur la composition des principes actifs contenus dans les plantes médicinales.

Par contre, ce qui reste immuable, c’est le principe d’utilisation du Totum de la plante, c'est-à-dire le fait d’utiliser une plante médicinale dans sa globalité pour profiter de la synergie de tous les constituants de la plante et ne pas perturber l’organisme qui reconnait dans ce totum une molécule entièrement naturelle qui, à l’inverse d’une molécule de synthèse,  n’amènera pas d’effets indésirables

Méthodes d’utilisation :

  • Tisanes : les plantes médicinales contiennent des principes actifs qui se révèlent  en préparant une infusion ou une décoction.
  • L’infusion : lorsqu’il s’agit de fleurs ou de feuilles tendres, on fait chauffer l’eau et, feu éteint, on y met la plante médicinale pour une infusion de 10 minutes environ à couvert.
  • La décoction : lorsqu’il s’agit de feuilles dures ou de racines et d’écorces, on met la plante médicinale dans l’eau froide et on amène à ébullition pendant 5 à 10 minutes, ensuite, feu éteint, on laisse environ 10 minutes infuser à  couvert.
  • Gélules : La plante médicinale est réduite en poudre par un procédé de cryobroyage et mise en gélule et conditionnée. En moyenne, elle est prise en cure de 3 à 6 gélules par jour pendant environ 3 semaines
  • Teinture mère ou alcoolature : La plante médicinale est préparée en macération hydro alcoolique pour en soutirer les principes actifs et les concentrer, la prise, en moyenne, est de 10 à 20 gouttes, trois fois par jour pendant également 3 semaines.
  • Ampoules : La préparation de la plante médicinale en ampoule se fait en réalisant une décoction/infusion concentrée. Cette préparation est ensuite conservée en ampoule thermo-scellée, ce qui permet une excellente conservation de la plante
    En général, le dosage en ampoule est calculé pour être suffisant lorsque l’on prend une ampoule par jour ; la cure dure aussi 3 semaines

Précautions d’emploi :

Certaines plantes médicinales contiennent des principes actifs très puissants, il faut donc être vigilant et ne pas hésiter à demander conseil pour les utiliser.

Eviter également les plantes dont l’origine vous semble douteuse ou qui ont subi une exposition prolongée à la lumière.

Il existe également des phénomènes d’interaction possible entre certains médicaments et certaines plantes médicinales. Le millepertuis en est un exemple car il est, notamment, à éviter avec certains médicaments de type antidépresseur ou anticoagulant.

L’apithérapie :

L'apithérapie n'est pas nouvelle en soi, les Egyptiens du temps des pharaons connaissaient les vertus du miel et de la propolis, ils les utilisaient dans le processus d'embaumement, et probablement soignaient aussi avec, "les vivants".

Hippocrate* faisait de l'apithérapie car il recommandait le miel dans des préparations d'onguents ainsi que dans le traitement des plaies.

Avicenne* fut celui qui révolutionna la médecine et qui aux abords de l'an mil donna à celle-ci des bases modernes pour longtemps. Lui, parlait de la cire noire (la propolis). Il en connaissait les formidables vertus cicatrisantes et anesthésiantes. Avicenne pratiquait donc aussi l'apithérapie ! Plus près de nous, ou plus près de moi devrais-je dire ma grand mère et mon grand père qui n'étaient pas apiculteurs faisaient de l'apithérapie sans le savoir en soignant les laryngites ou les toux avec des préparations largement dosées de miel.

Plus sérieusement l'histoire nous montre souvent que notre monde moderne se contente parfois de réinventer ce que nos aïeux pratiquaient. Bien sûr les progrès de la science et la volonté que certains ont mis à ouvrir des voies nouvelles dans ce monde où tout est chimie et profit, permettent des avancées intéressantes.

L'apithérapie est une véritable chance qu'il nous appartient de saisir et de voir se développer si nous voulons une pharmacopée peu couteuse, sans effet secondaire et surtout sans trace de produits chimiques stockés dans notre organisme .

1. Définition

L’apithérapie est une méthode de soins naturelle basée sur les produits de la ruche. Elle s’utilise pour prévenir et traiter les maladies et pour favoriser la guérison. La thérapie individuelle utilise essentiellement les six produits apicoles suivants:

  • le miel
  • la propolis
  • la gelée royale
  • le pollen de fleurs
  • le venin d'abeille
  • la cire d'abeille

2. Philosophie

Il y a cent millions d’années, les abeilles bourdonnaient déjà sur terre. Grâce à leur résistance naturelle, elles sont devenues de véritables championnes de la survie. Et c’est justement sur cette force que se base l’apithérapie. Le terme d’apithérapie vient du latin «apis» que l’on peut traduire par «abeille». Selon la tradition orale, les anciennes civilisations, comme les Egyptiens et les Grecs, utilisaient déjà le miel pour soigner les plaies ou traiter les maladies intestinales. Sans oublier l’hydromel (ou vin de miel) que les Germains utilisaient comme médicament. Hippocrate lui-même a décrit plus de 70 recettes et usages de produits de la ruche. Même la médecine traditionnelle chinoise a amplement puisé dans les produits apicoles.

Méthodologie :

Les produits de la ruche servent aussi bien en application externe qu’en usage interne. Le miel est le plus connu des produits apicoles. Il ne se tartine pas seulement sur le pain, mais peut aussi s’utiliser en compresse, en massage ou pour soigner les plaies. Le miel, la gelée royale et le pollen de fleurs font partie des produits alimentaires et peuvent donc être consommés. La propolis, en revanche, ne peut être commercialisée que sous forme spagyrique ou homéopathique en Suisse.

3. Crédibilité du concept

L’apithérapie est une alternative sûre aux médicaments chimiques qui provoquent souvent des effets secondaires pour traiter de nombreux petits maux quotidiens. Des allergies aux refroidissements en passant par les maux de tête, les problèmes que l’on peut soigner avec les produits de la ruche sont innombrables.

4. Preuves d’efficacité

Les produits de la ruche ne sont pas des produits «miracles». De nombreuses études scientifiques ont pourtant démontré leur effet positif sur la santé et le bien-être. Une étude sur le traitement de la toux sèche a particulièrement fait parler d’elle:

Elle a comparé l’efficacité du miel et d’un médicament antitussif à base de dextrométhorphane à l’arôme de miel. Les chercheurs ont administré à des enfants (de 2 à 18 ans) souffrant d’une infection des voies respiratoires supérieures soit du miel de sarrasin, soit de l’antitussif avant le coucher. Ils ont ensuite analysé la durée et l’intensité de la toux, ainsi que la qualité du sommeil des enfants. Le miel a alors démontré son efficacité: les quintes de toux nocturnes étaient plus rares et le sommeil plus réparateur qu’avec l’antitussif – qui s’est révélé fort peu efficace.

La propolis, gomme rougeâtre que les abeilles récoltent sur certains arbres, a également des vertus bien spécifiques. Ainsi, dans la Seconde Guerre mondiale, les soldats s’en servaient pour soigner les plaies purulentes. Plus récemment, des tests effectués en laboratoire ont permis de tuer des cellules cancéreuses avec la molécule CLU-502. Cette molécule a été obtenue à partir de la propolis d’une plante tropicale (Clusia rosea).

Enfin, signalons qu’en 2006, la station de recherche Agroscope Liebefeld-Posieux (ALP), qui fait partie du Département de l’économie publique, a publié un rapport très complet sur l’apithérapie intitulé «Produits apicoles et santé».

5. Applications

Les produits apicoles permettraient de soigner plus de 500 maladies différentes.

Miel
Il fournit de l’énergie et agit contre les inflammations et les contusions. Les anciennes civilisations utilisaient déjà ce produit naturel pour soigner les plaies.

Gelée royale
Il s’agit de la gelée nourricière réservée à l’alimentation des reines. Elle est riche en oligo-éléments et renforce le système immunitaire.  Elle serait efficace en cas de faiblesse et de convalescence, de troubles du sommeil, d’hypotension, d’artériosclérose, d’affections pulmonaires chroniques, de troubles dus à la ménopause et pour lutter contre les métastases.

Propolis
Il s’agit du terme utilisé pour désigner la gomme rougeâtre que les abeilles utilisent pour réduire ou colmater les fentes de la ruche. Puissant antibiotique naturel, la propolis agit contre les bactéries, les virus et les champignons. Elle a également des propriétés désinfectantes et apaisantes en cas d’inflammations cutanées, buccales ou pharyngiennes. En Suisse, elle ne peut être vendue que sous forme spagirique ou homéopathique. Récemment, la propolis a également été utilisée dans le traitement du cancer pour inhiber la croissance de certaines cellules cancéreuses et tumeurs.

Pollen
En complément alimentaire, le pollen renforce les défenses naturelles du corps contre les virus de la grippe et d’autres similaires. Le pollen s’utilise aussi dans le traitement de désensibilisation au rhume des foins.

Cire d'abeille
La médecine populaire utilise depuis toujours des crèmes à la cire d’abeille. Riche en vitamine E, elle convient aux peaux rêches et desséchées.

Venin d'abeille
Il serait surtout efficace en cas de problèmes articulaires, d’arthrose et de sclérose en plaque.

6. Auto traitement

A l’exception de la propolis et du venin d’abeille, tous les autres produits apicoles sont des produits alimentaires et peuvent parfaitement être utilisés sans autres indications. Le miel, la gelée royale et la cire d’abeille ne provoquent généralement pas de réactions allergiques. En revanche, les personnes qui ont un fort potentiel allergique devraient consommer le pollen avec prudence (commencer par de petites quantités et augmenter progressivement la dose).

L’utilisation du venin d’abeille nécessite un test allergique préalable.

7. Les thérapeutes et leur formation

Il n’existe pas encore de formation reconnue en apithérapie. «Nous nous efforçons cependant de mettre sur pied une formation sur le plan national», précise Jonas Zenhäusern, apiculteur et membre du comité de l’Association suisse d’api thérapie. Selon lui, il serait souhaitable que tous les apiculteurs s’initient aux bases de l’apithérapie.

8. Le traitement et son déroulement

Les apithérapeutes sont généralement des apiculteurs. Ils ne peuvent pas faire des anamnèses ni poser des diagnostics, explique Jonas Zenhäusern. «En cas de grave problème de santé, il est indispensable de procéder à un examen médical.» C’est ensuite sur la base du diagnostic médical que l’api thérapeute peut proposer des méthodes naturelles pour soutenir le processus de guérison. L’apithérapie est utilisée dans le traitement des maladies chroniques et des problèmes fonctionnels et psychosomatiques. Elle peut aussi être utilisée en combinaison avec d’autres médecines complémentaires.  
Il est conseillé de recourir au miel et au pollen pour le traitement de désensibilisation au rhume des foins. Pour obtenir l’effet désiré, le pollen ne doit contenir aucun résidu et provenir de la région. Même chose pour le miel qui ne doit pas non plus être fabriqué industriellement, autrement dit chauffé à haute température, car la chaleur en diminue les propriétés.

9. Limites et risques

En cas de maladies aigues, l’apithérapie ne s’utilise qu’en soutien du traitement médical. Le miel ne devrait pas être administré aux bébés de moins d'un an.

10. Effets secondaires

L’apithérapie ne provoque généralement pas d’effets secondaires. Il est cependant conseillé de faire preuve de prudence dans l’utilisation du venin d’abeille : mieux vaut procéder à des tests d’allergie avant d’y recourir.

Près de 5 % de la population est allergique aux piqûres d’abeille, de guêpe, de frelon ou de bourdon. Les réactions allergiques aux piqûres d’abeilles peuvent être locales ou généralisées.

Réactions locales violentes

Lors de la piqûre, la rougeur ne reste pas localisée mais s’étend à toute l’extrémité. L’enflure est douloureuse et peut perdurer 24 heures.

Réactions généralisées

Les symptômes principaux sont les rougeurs et les démangeaisons. Ils peuvent s’accompagner de frissons, de vomissements, de nausées et d’enflures au visage. Au moindre signe de réactions généralisées, il faut immédiatement appeler les urgences. Elles peuvent en effet provoquer des complications mortelles.

11. Conseils pratiques

«En principe, les produits apicoles doivent être consommés le plus frais possible et provenir de la région», explique Peter Heiniger, droguiste et apiculteur à Reigoldswil. Il recommande d’utiliser le pollen pour renforcer l’organisme en cas de stress ou de maladie. 
Le pollen est entouré d’une enveloppe dure. Pour que l’organisme puisse utiliser ses précieuses substances vitales, il faut utiliser le pollen comme suit: 
Mélanger 250 à 300 g de pollen avec 500 g de miel liquide et laisser le mélange reposer pendant deux semaines. Prendre une à deux cuillères à café de la crème de pollen au miel un quart d'heure avant chaque repas.

Conseil: si vous utilisez du miel pour sucrer votre thé, n’ajoutez le miel que lorsque le thé n’est plus bouillant. Vous préservez ainsi les propriétés bénéfiques du miel.

http://www.tresors-sante.com/modules/pss_slideshow/img/cadre_ambiance.jpg
Rechercher

Panier  

Aucun produit

Expédition 0,00 €
Total 0,00 €

Panier Commander

Paiement

Paiement sécurisé

Paiement CB et Paypal

Paiement par chèque

Livraison

FRAIS DE PORT
à partir de 6,28 €.

Les frais de port sont
OFFERTS
à partir de 60,00 € d'achats.

Dépositaire

La Rue aux Herbes

32, Boulevard de la République
47000 AGEN

Tél : 05 53 47 12 69
Fax : 05 53 66 10 39